Il y a quelques années, Fabienne avait photographié Petit et Gros, les nin-nins de sa fille, en imaginant peut être, un jour, en faire un tableau…

Elle m’a fait le grand honneur de me confier une version de ce travail : ce fut une tâche compliquée mais exaltante de traduire l’esprit de ces objets inanimés mais tellement chargés d’émotion !

Les deux nin-nins

Mon frère dit que dans les manuels,

Vous êtes objets transitionnels,

Maman vous trouve peu hygiéniques,

Papa pas vraiment esthétiques

Je m’en moque je les laisse parler,

Car je sais ce que vous valez

Petit et Gros mes deux nin-nins,

Chers compagnons de mes chagrins.

Fidèles gardiens de mon sommeil,

Vous fûtes à nul autre pareil

Pour apaiser mes peurs d’enfance.

Bien après mon adolescence

Vous resterez dans ma mémoire

Précieux chiffons de mon histoire.

Foléru

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.